AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un nouveau au labo

Aller en bas 
AuteurMessage
Ryan Tryford
DOT
DOT
avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 09/02/2012

Stats
Rang: F
Points:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Un nouveau au labo   Mar 27 Mar - 13:17

Le ciel est nuageux et le soleil se couche, donnant un air humide à la ville. Une voiture noire vient d'arriver devant le complexe de recherche de l'Organisation. Un grand homme en émerge et lève la tête pour regarder la cime du bâtiment qui se trouve devant lui. Ayant refermé la porte derrière lui, la voiture s'éclipse, laissant Tryford seul au milieu de l'asphalte. Il rebaisse la tête pour se diriger vers le bâtiment principal.

Le hall est vitré et donne la même atmosphère endormante qu'à l'extérieur. Un homme en blouse blanche arrive à la rencontre de Ryan. Il a les sourcils froncés et demande d'un air inquisiteur:

" Qui êtes-vous? "

Ryan, de son air aussi calme, neutre et réfléchi, répond simplement:

" Ryan Tryford, pilote, nouvellement recruté. "

L'homme au sarrau accepte le croire étant donné que Ryan arbore le logo de l'Organisation sur ses vêtements. Cependant, il croise les bras et répond sèchement:

" Et voulez-vous bien me dire qu'est-ce qu'un nouvelle recrue vient faire dans ce bâtiment!? "

" Qui le demande? "

" Je n'le crois pas! Je suis le directeur de la division des recherches biologiques! "

" Vous n'êtes donc pas de la sécurité... "

" Non mais- Pour qui vous prenez-vous!?! "

" Ryan Tryford, pilote et agent de l'Organisation de Disciplinary Operating Tactics. "

Apparemment frustré et offusqué, le directeur scientifique se dirige vers l'intercom et appelle la sécurité.

" Foutez moi cet imbécile arrogant hors de mon bâtiment! "

Ryan reste là, sans remuer un poil, et attend patiemment l'arrivée des gardes de sécurité. Ils arrivent peu de temps après, provenant de l'extérieur. L'un d'eux s'avance.

" Je vais devoir vous demander de nous suivre Monsieur. "

" Je ne crois pas, non. "

Ryan sort de sa veste un document. Il le brandit aux agents de sécurité pour qu'ils puisse le lire. Le premier garde voit le logo de l'Organisation, le titre du document "Autorisation d'accès au Complexe de Recherche" et dirige son regard au bas du document. Voyant la signature, il se redresse.

" Toutes mes excuses M. Tryford. "

" PARDONS!? "

" Il a l'autorisation du bureau supérieur. Allez vous plaindre à eux si vous voulez vraiment le mettre dehors... "

Les gardes tournèrent les talons et retournèrent à leur bureau, situé à l'extérieur de ce bâtiment. Ryan avait rangé le document dans sa veste et se retourne vers le directeur, qui semble furieux.

" Je vous ai à l'oeil. Il n'est pas question qu'une recrue telle que vous se balade en liberté en ces lieux! "

" Faites si vous y tenez, je n'ai rien à cacher. Je viens simplement faire mon travail. "

Le directeur parti, un peu plus calme, mais visiblement en colère. Ryan n'en fit rien et se dirigea vers la section d'ingénierie.

Ryan arriva à destination: le garage. L'éclairage est assurée par de multiples tubes au néon qui émettent une lumière blanche éclatante. Ils ne sont cependant pas en quantité suffisante pour que ce soit aussi clair qu'à l'extérieur en après-midi. Un odeur d'huile et d'essence règne dans l'immense pièce, mélangée à celle du métal qu'on travaille. Le garage est relativement propre; peu de débris de métal, de pièces, de câbles et d'outils traînent par terre. Une multitude de véhicules y sont présents, dont la majorité sont en cours de construction. Quelques techniciens s'affairent à conserver le tout, qui ressemble pour le moment à des épaves, en bon état. L'ambience est silencieuse et calme, ormis quelques petits bruits d'outils qui se font entendre de temps à autres. Ryan parcouru l'ensemble des engins, les scrutant tous dans les moindres détails. Il s'arrêta davant un véhicule qui semble être un hybride entre un avion et un hélicoptère. Sa construction achève et elle semble bien entretenue jusqu'à présent. Il fit signe à un technicien.

" Ouais? "

" Ce prototype a-t-il été réquisitionné? "

Le technicien se lave les mains avec un chiffon et regarde le prototype en question. Il range son chiffon, fronce les sourcils et se gratte la tête.

" Pas qu'je sache, pourquoi? "

Ryan sort un autre document de sa veste.

" Maintenant il l'est. Vous pouvez le retirer de votre liste de maintenance. "

Le technicien, perplexe, regarde le document et fait signe de tête.

" D'accord... C'est la première fois qu'un pilote vient directement choisir son véhicule. "

" C'est la première fois que vous voyez un être mi-homme, mi-machine, je me trompe? "

" Non, en effet... c'est la première fois... "

Le technicien ne posa pas plus de questions et retourna à son travail. Ryan, tant qu'à lui, repéra des outils et du matériel. Il se mit, lui aussi, au travail pour adapter sa nouvelle partenaire à ses besoins.

**************************************************************

Même routine au garage des laboratoires. Le sol jonché de fils, de flaques d'huile, d'outils, de pièces en métal. L'air empli d'odeurs allant de la sueur au métal. Grondement sourd des machines, bruits de métal tombant par terre, cris des outils qui sont utilisés de temps à autre. L'atmosphère qui règne dans cet immense salle est identique à la routine sauf pour une chose : tous les techniciens et mécanos jettent des regards furtifs dans le fond du garage...

Un ingénieur entre dans le garage, planchette de bois en main. Ce n'est pas sa première excursion dans cet endroit, mais il n'y viens pas très souvent. C'est sûrement pourquoi il note rapidement le changement dans l'atmosphère. Les regards que ses subordonnés jettent l'intrigue. Mais que se passe-t-il? qu'y a-t-il au fond du garage pour que tout le monde soit si distrait? L'ingénieur en oublie la raison qui l'amenait dans la pièce et se dirige vers l'objet des regards indiscrets.

Un véhicule en construction se trouve au fond du garage. Il y a des trous un peu partout, signifiant que sa construction n'est pas près d'achever. Par contre, une multitude de fils, pièces, outils et même un réacteur traînent tout autour, rendant cette partie de l'atelier la plus en désordre. L'ingénieur ne semble pas reconnaître le véhicule qui se trouve devant lui. Peut-être est-ce la raison de tous ces regards? Parce que cet engin est nouveau et intrigant? Des bruits de chalumeau sortent de la carcasse de la bête d'aluminium et de carbone. L'ingénieur patiente jusqu'à l'arrêt de ce rugissement et ose un appel.

" Excusez-moi. "

Pas de réponse. Les bruits de chalumeau refont surface.

" EXCUSEZ-MOI! "

Toujours pas de réponse. L'ingénieur, un peu énervé, s'approche et rammasse un marteau qui jonchait le sol. Il attend le prochain arrêt du chalumeau et frappe la coquille de métal pour attirer l'attention de l'ouvrier qui semble complètement sourd. Il y eu un moment de silence. L'ingénieur ayant réussi à attiré l'attention de l'individu se trouvant à l'intérieur l'interpelle à nouveau.

" EXCUSEZ-MOI! J'AURAIS QUELQUES MOTS À VOUS ADRESSER! "

Des bruits de pas se font entendre et un homme surgit au somment du véhicule. L'ingénieur ne reconnais pas l'ouvrier qu'il vient de réussir à faire sortir et comprend maintenant la source probable des regards de ses techniciens : cet homme semble être un cyborg.

" Qu'y a-t-il? "

L'ingénieur semble incertain. La voix neutre et monotone de l'individu vient appuyer l'hypothès qu'il s'agit d'un cyborg ou d'un androïde. Il ne sait probablement pas par quelle question commencer.

" Qui êtes-vous? "

" Ryan Tryford, pilote. "

L'ingénieur examine les vêtements de Ryan. Il arbore le logo de l'Organisation et est parfaitement propre. Seule une machine peut construire un véhicule avec la minutie suffisante pour ne pas se sâlir...

" Attendez... Vous êtes pilote!? "

" Oui. "

Ryan se tourne et indique du doigt un bagde en forme d'ailes sur son uniforme signifiant probablement qu'il est pilote. L'ingénieur semble perplexe.

" Mais... Vous n'êtes pas techniciens? Ni mécano? Ni ouvrier? Ni ingénieur? "

" Je suis pilote. "

L'ingénieur réalise que cette conversation ne mène nullepart. Soit il est en face d'un parfait imbécile ou d'une machine sans intelligence... Soit cet homme se moque complètement de lui.

" Vous n'avez aucun droit, ni aucune compétence, pour construire un véhicule. "

" En effet. "

" Mais qu'est-ce que vous foutez ici!? "

Ryan descend de son vaisseau et se rapproche de son interlocuteur.

" De la maintenance, retouches et adaptation du véhicule qui m'est assigné. "

L'ingénieur semble abasourdi.

" Ce tas de ferraille est en état de 'maintenance' !?! Mais vous vous foutez de moi! "

" Non. "

L'ingénieur semble consterné.

" Qu'est-ce que vous êtes? Un androïde? Quel chercheur vous a créé? Non, laissez-moi deviner... C'est Winminsky? C'est clair que c'est lui... Il n'y a que lui pour faire une invention aussi saugrenue et aussi peu raffinée... "

Ryan fronce des sourcils.

" Désolé de vous décevoir, mais je ne suis pas un androïde et je n'ai aucune idée de qui est ce Winminsky. Cette conversation n'a rien de professionnelle et constitue une perte de temps précieux pour l'Organisation. Je suis certain que ma présence ici ne relève pas de votre poste et que vous avez mieux à faire que de discuter. Je vous conseille de retourner à votre travail et vous somme de me laisser faire le mien. Bonne journée. "

Ryan lui tourne le dos, assumant la conversation terminée et retournant aux rénovations de son apparail. L'ingénieur reste là, figé et ne comprenant rien. Le cri du chalumeau le sort de sa torpeur et réalise qu'il devrait, en effet, se mettre au travail. Malgré tout, il se dit qu'il devrait garder un oeil sur ce curieux personage...


Dernière édition par Ryan Tryford le Ven 25 Mai - 14:48, édité 2 fois (Raison : Ajout de la partie 2 et corrections)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryûchi S. Farfire
Mafia
Mafia
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 17/01/2012
Localisation : Partout et nulle part à la fois. Moi omniprésent voyez-vous?~

Stats
Rang: F
Points:
30/100  (30/100)

MessageSujet: Re: Un nouveau au labo   Jeu 31 Mai - 2:03

Me préparer à cette mission d’infiltration m’avait pris un temps fou. Des semaines d’observation, deux au moins pour me préparer personnellement et enfin un avant-midi complet pour attraper et séquestrer celui dont j’allais endosser le rôle. Les choix de ce genre pour moi étaient toujours très limités vu ma grandeur et mon teint de peau, mais je pouvais avoir de la chance quelquefois, comme celle-ci d’ailleurs. Il n’y avait pas à dire, il y avait des jours où j’enviais les capacités de ma douce moitié : pour me préparer, il m’avait fallu mettre une teinture temporaire dans mes cheveux, mes sourcils et mes cils, puis les tresser comme on le faisait dans les ghettos, les plus serrées et près de la tête possibles. Le maquillage, discret mais obligatoire, m'avait également été utile pour faire disparaître mes tatouages. Irving, l’homme dont je devais prendre l’identité pour seulement une journée, provenait du ghetto de la ville, parlait avec un accent tout droit tiré du stéréotype gangsta, portait des verres de contact bleus pour se donner un air et avait ce genre de posture naturellement poussée vers l’arrière, comme pour essayer d’empêcher son pantalon de descendre en permanence. Il portait également ce genre de barbiches ridicules, taillées dans une espèce de motif dont seuls les gens qui la portent en comprennent la beauté. Bref, cela allait être une partie de plaisir pour moi qui avait dû laisser pousser et teindre ma barbe également plus foncée avant de la tailler comme celle de ce type. Les rires de Mugetsu m’avaient d’abord légèrement frustré, comme je ne choisissais jamais vraiment à la place de qui je rentrerais, mais je devais avouer que l’image de moi-même, arrangé ainsi avec cette barbiche risible et les verres de contact de couleur… avait fini par me faire rire aussi.

J’avais quand même frappé le gros lot : l’homme faisait à peu près ma taille à quelques centimètres près et avait aussi un visage arabe bien racé, avec un bon nez et menton. Aussi crétin que ce type en ait l’air, il était un des ingénieurs chargés de la vérification de certains plans, aussi il passait peu de temps avec les autres équipes à part pour vérifier quelques trucs et passait le reste de son temps dans un bureau à regarder les croquis et plans que je devais prendre en photo. Il n’y avait pas beaucoup de gens susceptibles de reconnaître son visage, comme il n’avait été transféré que récemment, ce qui rendait l’infiltration encore plus facile. La démarche et l’accent étaient faciles à imiter, tout comme l’énorme chique de gomme qu’il mâchait sans cesse comme une vache en train de brouter.

C’était aujourd’hui que je me lançais, après avoir séquestré Irving pour l’ôter de dans mes pattes. Les hommes comme lui n’était jamais vraiment recherchés de toute façon, et quand on les retrouvait morts d’overdose dans une salle de bains de station-service on ne se posait pas de questions… L’entrée fut facile, ayant pris les cartes de l’employé de la [DOT]. Le bureau était au fond des laboratoires, je devais m’y rendre sans remarquer…

« Irving! Viens par là deux secondes! »

Et merde. En tout cas on repassera pour y aller sans me faire demander quoi que ce soit. Je me retourne pour regarder l’homme qui m’interpelle, perché près d’un autre en train de souder je ne sais trop quoi.

« C’que tu veux, mang? Laisse-moé l’temps d’puncher, chuis pas encore payé pour être lô moé! »

Jamais je ne m’abaisserais à parler comme ça dans la vie de tous les jours, mais bon… Qu’est ce qu’on ferait pas pour arrondir une fin de mois. L’ingénieur roule des yeux. Parfait, il n’y a vu que du feu, l’intonation était la bonne.

« Viens voir par ici quand tu pourras alors? »

Il me pointe le soudeur, je réponds par un geste du bras assez vague. « Bah oué, donne-moé l’temps. »

Pas foutu de me laisser tranquille, il me suit des yeux jusqu’à temps que j’aille au bureau déposer la veste informe que j’ai sur le dos par-dessus la chienne de mécanicien, puis de la porte jusqu’au poinçon où je glisse la carte. La machine ayant émis son petit bip, je me redirige, le pas traînant, là où on m’a demandé. L’homme me parle à l’oreille, ou plutôt beugle pour couvrir le son du chalumeau.

« Surveille-moi ce qu’il fait, j’ai mon heure de pause à prendre. »

Je roule des yeux et soupire, hausse les épaules. L’autre sourit et s’en va, sûrement bien content de pouvoir aller s’en fumer une, l’odeur de nicotine qui se dégageait de lui ne mentait pas. Je me penchai, en tant qu’amateur de travail métallurgique, à une distance respectueuse du soudeur pour observer son travail en silence.

[[Dis moi si tu veux que j’ajoute quoi que ce soit, je le ferai volontiers O3O]]

_________________
Thèmes musicaux