AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 de la tempête au repos...un chemin à parcourir

Aller en bas 
AuteurMessage
Mugetsu Akimoto
Civils
Civils
avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 08/02/2012
Localisation : un peu partout dans le monde selon le travail et l'humeur

Stats
Rang: F
Points:
45/100  (45/100)

MessageSujet: de la tempête au repos...un chemin à parcourir   Jeu 24 Mai - 22:02

La voiture entra dans le garage de la maison silencieusement. Mugetsu avait eu le temps de se calmer un peu suite à la tempête d’émotions provoquée par le retour de son frère dans les environs. Le savoir en vie le rendait très heureux, mais les explications donner l’avaient profondément chamboulé. Il n’arrivait pas à penser rationnellement sur la situation comme lors de son travail, il avait le besoin urgent de retrouver son soutien. Soutien qu’une seule personne avait réussi à lui fournir et encore en vie, heureusement pour lui. Mugetsu ne survivrait pas à la perte de Ryûchi, survivre à la disparition d’Akuma d’accord….mais pas celle de son chéri, son futur époux. Il était perturbé au plus haut point, les larmes avaient largement coulé ce soir, mais les tremblements ne cessaient pas pour autant. Il savait que seule la chaleur du corps, la présence de son phare réussirait à calmer mouvement du corps incontrôlable pour le moment. Tout au long du trajet, il avait tenté de se changer les idées en discutant avec son garde du corps. Il savait que Patrick c’était inquiéter lorsque son amant était revenu plus tôt et seul : la preuve? Son silencieux protecteur discutait avec lui, cherchait à le rassurer sur la présence de l’autre moitié à la maison.

Patrick, lui ouvrit la portière et le laissa passer. Avant d’entrer dans la maison, Mugetsu se tourna vers son garde du corps, appelé «nounours» par Ryûchi, pour lui souffler un merci tremblant. Il reçut pour toute réponse qu’une grosse main ébouriffant ses cheveux accompagnés d’un sourire avant de le poussé vers la maison. Lentement Mugetsu ouvrit la porte et ne prit même pas le temps d’enlever ses souliers : inquiet malgré tout de trouver la maison vide. Et si, on lui avait rendu son frère, mais fait disparaitre son cœur? Une pensée stupide, mais créer par la peur et le chamboulement d’émotions.

-Ry-Ryûchi?

Personne ne lui répondit dans l’entrée, ce qui augmenta son angoisse l’espace d’un instant. Incertain, il avança un peu plus dans la demeure. C’est le son d’un morceau de musique joué sur une guitare qui le guida au salon, calmant par le fait même l’angoisse présente depuis le trajet en voiture. Ryûchi était la, à n’en point douter, car il pratiquait le dernier morceau demander par le groupe du bar ou il travaillait. Mugetsu le savait son homme se pratiquait à tous les soirs. Timidement, il entra dans le salon, Ryûchi ne pouvait pas le voir, car il lui faisait dos présentement. Il devait probablement sortir de la douche depuis peu, car il avait encore les cheveux trempés, ses cheveux étaient plus foncés que d’habitude, et avait eu envie de rester dans le salon pour prévenir l’arrivée de son rûhi. Le connaissant c’était parfaitement son genre et Ryûchi le connaissait trop bien depuis le temps. Le simple fait de le savoir à la maison enleva un poids sur son corps, les tremblements se calmèrent en l’écoutant joué un petit moment, mais il savait qu’il avait besoin de le toucher, de le sentir contre lui pour être parfaitement rassuré. Inconsciemment, trop préoccuper par toucher cette peau caramel si rassurante ainsi que de remplir ses narines de son odeur apaisante, les vêtements se transformèrent en tissus qui glissèrent sur le sol à l’exception de son chandail qui devient plus grand et large, donnant ainsi une apparence de fragilité au métamorphe. Tant pis, pour la quantité de magie utilisée ce soir, il avait besoin d’exprimer le chamboulement émotif qui le parcourait.

C’est à grande enjambée qu’il rejoignit son homme, poussant doucement la guitare des grandes mains de son amant avant de se blottir en koala sur lui, nichant sa tête dans le creux de l’épaule de l’autre, inspirant profondément son odeur. Pour le moment, il était incapable de parler et arrivait seulement a s’accrocher à son homme presque craintivement.


Dernière édition par Mugetsu Akimoto le Sam 26 Mai - 13:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryûchi S. Farfire
Mafia
Mafia
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 17/01/2012
Localisation : Partout et nulle part à la fois. Moi omniprésent voyez-vous?~

Stats
Rang: F
Points:
30/100  (30/100)

MessageSujet: Re: de la tempête au repos...un chemin à parcourir   Sam 26 Mai - 2:00

J’avais été surpris de ne pas avoir été rejoint par Yue ni par texto, ni face à face lorsque j’étais sorti du dojang. Après m’être assuré de bien avoir verrouillé les portes du local, je quittai l’endroit par le chemin que j’utilisais d’habitude, certain qu’elle me rejoindrait en chemin comme elle ne m’avait pas contacté… Chose qui n’arriva pas. Je commençai à m’inquiéter, et cela ne fit qu’empirer quand je croisai Patrick à l’appartement… Seul. Le regard qu’il me lança me glaça les sangs, à savoir que lui ne s’attendait pas non plus à ce que je rentre seul… ni aussi tôt, me confia-t-il dans une de ses habituelles phrases ne contenant habituellement pas plus de six mots. Elle avait voulu me rejoindre, disait-il, pour une sortie… Nous étions désormais dans la même situation angoissée, nous demandant ce qui avait bien pu arriver en chemin…

La vibration de mon cellulaire nous arrêta tous les deux alors que nous allions nous mettre à sa recherche. Assis sur le siège passager, j’attendais impatiemment que Patrick mette la clé dans le contact quand le téléphone portable me fit sursauter en vibrant contre ma cuisse. Fébrile, j’en relus les mots deux fois pour être bien sûr que c’était mon homme qui me l’envoyait… Les tournures de phrase, les surnoms… le message me calmait en même temps que de m’angoisser alors que je fis le message à Patrick. Remontant à l’appartement après ce moment de panique, je ne pus penser qu’une chose. Ils s’étaient croisés. Rûhi ne se serait pas arrêté en chemin, sauf si cela relevait de la plus haute importance… Cette impression que rien n’allait me suivit jusqu’à la salle de bains, où je décidai de prendre une seconde douche pour bien me calmer. Je laissai tout de même mon téléphone sur le coin du lavabo au cas où on m’enverrait un second message.

L’eau chaude avait fait son effet sur moi, et j’étais enfin relativement calmé lorsque je me mis à ma guitare, histoire de continuer à me calmer en attendant mon chéri… Car je savais que cette rencontre n’aurait pas que du bon. Je l’attendais d’une minute à l’autre, ça me rendait impatient, je devais me forcer à concentrer mon esprit sur autre chose.… Tellement que je ne l’entendis même pas entrer, ni même appeler mon nom. Quand mon homme repoussa doucement ma guitare avant de s’installer contre moi, je ne pus m’empêcher de remarquer le chandail blanc trop grand, devenu caractéristique lorsqu’il avait ce besoin de contact rassurant… Contact que je lui offris au centuple, le serrant avec puissance contre moi, sentant moi-même l’odeur de ses cheveux pour me dire qu’il était bien dans mes bras et non pas disparu comme je l’avais craint plus tôt.

J’avais voulu lui parler de ma rencontre avec son « frère » adoptif, le prévenir, mais c’était des choses qui se disaient de vive voix, pas par téléphone ou par SMS. Je ne pus m’empêcher de le lui murmurer, de m’excuser de ne pas lui avoir dit plus tôt… Une de mes mains se perdit dans ses cheveux alors que l’autre bras encore autour de ses épaules se serra un peu plus. Je voulais lui donner la présence que j’aurais voulu lui offrir quand il reverrait son frère, chose qui m’avait été enlevée par les circonstances. La soirée avait dû être difficile pour Subarashii, mais je me doutais qu’elle l’était bien plus pour Mugetsu. C’était une certitude qui s’écroulait pour laisser place à la colère, la tristesse, le ressentiment… la sensation d’être trahi. Une chose que je m’interdisais à lui faire sentir, jamais. Jamais il ne serait question que Mugetsu ne se sente trahi de mon côté. J’étais là pour lui, je lui appartenais corps et âme, et jamais une horreur de ce genre ne se produirait de mon côté.

_________________
Thèmes musicaux